bien-ecrire

Site/blogs de Tourisme : comment (bien) écrire pour le web ?

Les clefs de l’écriture efficace

Et si grâce à quelques techniques issues du journalisme et du web, vous transformiez vos textes touristiques de base en passionnants descriptifs ?  Et si votre internaute commençait à lire vos pages web au lieu de les quitter ? Pour ceux qui ont parfois la crainte de la page blanche, qui ne sont pas satisfaits de leurs productions, pour ceux dont les internautes ne lisent pas les pages, nous allons ici essayer de décrypter les clefs d’une écriture web efficace !

La base : avoir un sujet

C’est très bête mais c’est la base ! On n’écrit pas quand on n’a rien à dire. Je dirais même : on n’écrit pas si on ne dispose pas d’informations ou de messages pouvant intéresser notre cible ou nos lecteurs. Si la ligne éditoriale de votre support et les cibles associées sont consignées dans un document (une charte éditoriale par exemple), ce sera plus simple pour vous. Toutefois, il est en tout état de cause important de prendre un peu de distance et de se demander si telle ou telle information va intéresser vos lecteurs ? N’est-elle pas trop corporate ? Trop égocentrique ? Présente-t-elle une proximité (temporelle, géographique ou affective) avec certains de mes lecteurs ?

Google Trends et votre Google Analytics vous donnent des informations précieuses sur les attentes de vos lecteurs ! Ne négligez donc pas ce point préalable qui vous évitera de perdre du temps en rédigeant des contenus que personne ne lira.

La base (bis) : rechercher des infos

Il est très rare que l’on dispose de toutes les informations sur ce que l’on souhaite écrire. Il est donc indispensable de faire des recherches pour rassembler des informations ou pour créer de l’information : on lit d’autres sites, on s’imprègne d’autres papiers, d’angles de traitement d’une info, on lit des livres, on trouve des vidéos pouvant illustrer son article. Bref, on se compose un corpus de connaissances, de références et d’outils pouvant nous servir par la suite dans sa rédaction !

Organiser sa prise de parole : les règles de base de l’écriture journalistique

Ecrire, c’est communiquer des infos. Et dans ce domaine, les journalistes ont mis en place des règles d’écriture marketing (appelée « écriture efficace ») dont le but est de délivrer au maximum le message sans perdre l’internaute.

1/ Choisir un angle

Un même sujet peut être traité de différentes manières. Prenez les plages de la Côte d’Azur. On peut dire qu’elles sont surpeuplées, on peut parler des 10 plus belles, on peut parler du business de la vente de beignets, on peut en parler positivement ou chercher le vice de ce business… Bref, l’angle c’est le message de votre article ! Sans angle, vous faites du descriptif.

Si vous gérez le site internet d’un office de tourisme, vous pouvez tout de même trouver des angles. il est important d’éditorialiser ces sites d’inventaires ! Parlez du patrimoine immanquable, attaquez votre page sur les grands événements de l’été en montrant que votre destination bouge au lieu de commencer par le pot d’accueil du 3 juillet…

2/ Le message essentiel

Revenons au message ! Un article, ce n’est pas 15 messages ! Il y a un angle qui correspond au message essentiel. On peut ensuite avoir des sous angles qui développent l’angle de l’article. En bref, plus vous voudrez en dire en un seul article et plus vous perdrez le lecteur et le message que vous souhaitez engager. De plus, côté référencement, Google aura plus de mal à situer votre article et il sera moins bien positionné.

Seul conseil possible : si vous avez plusieurs idées : scindez votre article en plusieurs articles !

3/ La pyramide inversée et les 5 W

Tout le monde connaît ces concepts (j’espère). Les 5W, ce sont les fameuses 5 questions auxquelles votre article doit répondre : Qui, Quand, Quoi, Où, Comment et Pourquoi. L’idéal est de répondre à cette question au plus tôt dans votre article (le titre ou le chapô).

C’est ce qu’on appelle l’écriture en pyramide inversée : vous allez mettre en début d’article vos informations primordiales, puis plus vous descendez dans votre article, plus vous ajoutez des détails et éléments de contexte. C’est ainsi que vous aurez plus intérêt à présenter vos objectifs et votre entreprise en fin d’article qu’en début d’article (même si à l’école on vous apprend, à l’inverse, à faire des introductions pour contextualiser).

Un exemple ?

Lundi 14 juillet prochain, votre destination préférée vous invite à 23h au feu d’artifice tiré depuis le front de mer.

Ici, on répond au « qui », « quand », « quoi », « où » en une phrase d’introduction. Ne reste plus ensuite qu’à expliquer le thème, les détails techniques et de sécurité et de conclure par les éventuels problèmes de météo et de report de cet événement tant attendu.

Faites court, très court !

C’est connu : sur écran, les yeux se fatiguent plus vite. On n’aime pas lire et on lit peu ! Grâce au web, on zappe vite ! Alors faites court. Supprimer tous les mots inutiles. Reliser-vous à la fin et supprimez à nouveau !

Aérez votre texte !

Si toutefois votre texte doit être long, aérez-le ! L’impression visuelle compte énormément lorsqu’un internaute arrive chez vous ! Coupez le texte avec des inters-titres, des citations, des photos (c’est important dans le tourisme), des infographies (on en crée facilement sur des sites comme infogr.am) et créez des paragraphes…

Le web, c’est avant tout du lien !

Le web, ce n’est pas du papier ! Il faut enrichir vos textes. La navigation de votre internaute ne fini pas sur votre site ! D’autant plus dans le tourisme où si vous parlez d’un lieu, d’un restaurant ou d’une note sur Tripadvisor, pourquoi ne pas proposer à l’internaute d’aller plus loin ? Le lien hypertexte, c’est proposer à votre internaute de prolonger l’expérience en ligne que vous lui proposez. Et même si vous le faites sortir de votre site, vous accentuez sa satisfaction en proposant des liens de qualité ! Ce dernier gardera donc un souvenir positif de son passage et reviendra plus facilement.

Et si on parlait Storytelling ?

Je n’aime pas trop le storytelling. C’est un concept fourre-tout d’agences de communication selon lequel un messager fonctionnerait mieux en impliquant notre lecteur par une histoire. Alors Mac Do nous sert des pubs avec des fausses histoires de clients, Google nous raconte des success Story de gens connus grâce à Youtube, on nous sert de faux témoignages à tout va et ça m’énerve.

Néanmoins ça marche ! D’ailleurs un blog de voyage, ce n’est rien d’autre que du storytelling : une personne raconte son vécu d’un voyage, ses coups de cœur et déceptions. Ce récit intime crée de l’affinité avec le lecteur et donc de la valeur. Le storytelling peut donc être mis à profit avec modération si l’on comprend ce que c’est et si on l’utilise à bon escient. Il est particulièrement approprié aux reportages et aux réseaux sociaux. Il permet aussi de prendre de la distance avec la posture corporate et illustrer des propos.

Et le référencement dans l’affaire ?

Le référencement naturel, c’est une combinaison de critère par lesquels Google vous juge bienveillants (vous ne spammez pas) et pertinent sur une requête (le ski, le vélo, les plages de charente…). Cette combinaison, qu’on appelle algorithme est bien sûr tenue secrète mais si vous mettez en place les quelques  conseils ci-dessus, vous avez presque déjà appliqué l’essentiel de ce qu’il faut faire. Je rajouterais juste la notion de mots clefs. Dans la mesure du possible, si votre article parle d’un sujet, le ou les mots-clefs doivent être bien présents à plusieurs endroits : le titre de page, les balises de titre (H1,H2…), éventuellement dans les phrases en gras, dans les liens interne et (surtout) dans ceux qui pointent vers votre page. Ces mots-clefs mis en valeur permettent à Google de mieux comprendre ce dont vous parlez. Néanmoins, ce sont des guides de pratique. Ne truffez pas vos articles de mots clefs redondants qui lasseraient vos internautes et feraient perdre du sens !

Quelques idées qui marchent (parfois trop) :

Dans le tourisme, certains angles fonctionnent bien. On pense toujours aux top 10 : les plus belles plages de la côte d’azur, les plus beaux villages des Alpes, 10 restaurants où bien manger en Bourgogne, 10 sites insolites des Alpes. Bien sûr, ça fonctionne mais attention à ne pas devenir un site de listes ! Vous pouvez aussi apporter des conseils, faire des reportages sur un lieu, un portrait d’une personne typique, marquante ou insolite… Bref, le meilleur format, c’est la diversité !

Mes sources : 
Manuel de Journalisme par Yves Agnès aux Editions La Découverte
Site CFPJ Buzz
Beaucoup d’autres lectures et un peu d’expérience

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *